August Zang : du croissant au beurre nature ou ordinaire ?

Le croissant au beurre est désormais un aliment emblématique des Français grâce à l’autrichien August Zang. Malgré son importance dans la gastronomie française, il est surprenant de constater que peu d’informations fiables sont disponibles sur cette spécialité culinaire renommée. Alors, quelles sont les informations nécessaires à retenir sur ce croissant au beurre ?

Quelle est l’histoire de August Zang et son croissant au beurre ?

August Zang est un ancien officier d’artillerie autrichien qui a ouvert une boulangerie viennoise à Paris en 1838. Cette boulangerie très différente des autres à l’époque avec des décorations luxueuses et spécialités viennoises comme le klipfel, devenu plus tard le croissant français. L’autrichien a importé un four spécial à vapeur pour produire des croissants de qualité. Le succès de cette boulangerie a incité les concurrents à faire pareil, ce qui a popularisé le croissant en France. La boulangerie pourrait être transformée en musée après le départ de Zang de la France en 1848. Les pâtisseries kipferl existaient à Vienne avant le siège ottoman de la ville et la pâte feuilletée utilisée est une invention du 17ᵉ siècle.

Différence entre croissant nature et croissant ordinaire

Grâce à Zang, le croissant a connu plusieurs étapes de popularisation en France. Mais, c’est à partir de l’exposition universelle de 1867 que le grand public a découvert le croissant, bien que celui-ci fût alors réalisé à partir d’une pâte proche de celle de la brioche. Ce n’est qu’en 1920 que La recette moderne à base de pâte feuilletée et de beaucoup de beurre est apparue en 1920. De nos jours, le « croissant au beurre » est la variante la plus courante malgré l’authenticité du croissant nature. Ce croissant nature est réalisé avec de la margarine à la place du beurre. Cependant, la plupart des boulangeries parisiennes proposent souvent des croissants industriels congelés, ce qui nuit malheureusement à la qualité de ce petit-déjeuner traditionnel.